Gisô no Fûfu | 偽装の夫婦

Par , le 31 janvier 2018

Parcourir les travaux de certains scénaristes japonais me permet aussi de barrer les séries que je repère au fil des saisons, ce qui n’est pas un mal vu tout ce que j’ai en prévision ! Avec Gisô no Fûfu parlant d’un couple camouflé, je fais donc d’une pierre deux coups. Cette fiction écrite par Yukawa Kazuhiko (Magerarenai Onna, GTO) et diffusée sur NTV entre octobre et décembre 2015 se compose de dix épisodes ; en dehors du premier s’approchant d’une heure, les autres durent cinquante minutes, soit un peu plus que d’habitude. Un spoiler, non gênant toutefois et même plutôt pertinent à connaître. En apparence, Kamon Hiro est la femme japonaise idéale tant elle semble douce, affable et altruiste. Sauf qu’en vérité, elle cache son dédain et son aigreur derrière un sourire obséquieux. Elle déteste tout le monde, probablement à commencer par elle-même. Ce comportement, elle pense le devoir à un ex-petit ami l’ayant quittée il y a plus de deux décennies, quand ils étaient à l’université. Depuis, elle demeure célibataire, seule, et a déjà quarante-cinq ans. Le jour où celui-ci ressurgit dans sa vie et lui demande de se faire passer pour […]

En lire plus...

Dare Yori mo Mama wo Aisu | 誰よりもママを愛す

Par , le 17 janvier 2018

Maintenant que nous sommes lancés dans l’exploration des scénarios de Yukawa Kazuhiko (Kaseifu no Mita, Koi ga Shitai x3), autant continuer, non ? Pour cela, opérons un bon retour en arrière avec Dare Yori mo Mama wo Aisu, une série composée de dix épisodes diffusés sur TBS entre juillet et septembre 2006 ; seul le premier dispose de quinze minutes additionnelles. Aucun spoiler. Les Kamon ne forment pas une famille réellement traditionnelle au sens où la société japonaise l’entend. Le père s’occupe de la maisonnée depuis plusieurs années afin de laisser son épouse poursuivre ses ambitions professionnelles. En plus de cela, ils ont eu un dernier fils sur le tard et ne cherchent guère à entrer dans le moule. Est-ce qu’ils sont malheureux pour autant ? Probablement que non. J’aime maman plus que quiconque. Voilà ce que crie le titre de cette production. Parce qu’il s’agit clairement d’un cri du cœur, non pas d’un enfant pour sa mère, mais d’un mari pour sa femme. Kamon Kazutoyo est fou amoureux de celle qui partage sa vie et compte bien la choyer de son mieux et combattre ceux la jugeant ou lui voulant du mal. Il ne […]

En lire plus...