Kaseifu no Mita | 家政婦のミタ

Par , le 28 février 2018

Aussi incroyable que cela puisse paraître, j’ai certes déjà regardé maintes séries japonaises et plusieurs écrites par Yukawa Kazuhiko (GTO, Rebound), je n’avais pourtant encore jamais testé l’un des derniers très grands succès d’audience : Kaseifu no Mita. La gouvernante Mita fut diffusée sur NTV entre octobre et décembre 2011 le temps de onze épisodes ; plusieurs d’entre eux durent une heure au lieu des quarante-cinq minutes habituelles. Divers remakes dans différents pays, dont la Corée du Sud, ont depuis été réalisés. Aucun spoiler. Dépassé par la situation depuis le décès brutal de son épouse, Asuda Keiichi décide d’engager une gouvernante pour s’occuper de l’intendance du logement et de ses quatre enfants. Cette femme a beau se montrer terriblement efficace, elle laisse une curieuse et presque dérangeante impression. Elle arbore constamment un masque impassible, ne dévoile jamais le fond de ses pensées et ne remet pas en question les requêtes lui étant adressées. C’est pourquoi sa supérieure conseille vivement au père de famille de faire attention, car rien ne dit que cette employée n’irait pas jusqu’à tuer quelqu’un si cela lui était demandé… Le risque lorsque l’on entend parler d’une fiction […]

En lire plus...

Dare Yori mo Mama wo Aisu | 誰よりもママを愛す

Par , le 17 janvier 2018

Maintenant que nous sommes lancés dans l’exploration des scénarios de Yukawa Kazuhiko (Kaseifu no Mita, Koi ga Shitai x3), autant continuer, non ? Pour cela, opérons un bon retour en arrière avec Dare Yori mo Mama wo Aisu, une série composée de dix épisodes diffusés sur TBS entre juillet et septembre 2006 ; seul le premier dispose de quinze minutes additionnelles. Aucun spoiler. Les Kamon ne forment pas une famille réellement traditionnelle au sens où la société japonaise l’entend. Le père s’occupe de la maisonnée depuis plusieurs années afin de laisser son épouse poursuivre ses ambitions professionnelles. En plus de cela, ils ont eu un dernier fils sur le tard et ne cherchent guère à entrer dans le moule. Est-ce qu’ils sont malheureux pour autant ? Probablement que non. J’aime maman plus que quiconque. Voilà ce que crie le titre de cette production. Parce qu’il s’agit clairement d’un cri du cœur, non pas d’un enfant pour sa mère, mais d’un mari pour sa femme. Kamon Kazutoyo est fou amoureux de celle qui partage sa vie et compte bien la choyer de son mieux et combattre ceux la jugeant ou lui voulant du mal. Il ne […]

En lire plus...