Chase | チェイス

Alors que Mother passait sur une chaîne concurrente – mais pas le même soir –, le scénariste Sakamoto Yûji s’échinait aussi sur une autre série : Chase. Les six épisodes la constituant furent diffusés sur NHK entre avril et mai 2010 ; tous durent un peu moins d’une heure. Quand on sait que les histoires sont rarement écrites longtemps en avance, il semble facile d’imaginer l’énergie que cette double tâche a dû lui demander… Vous l’aurez évidemment compris, cette production n’a rien à voir avec l’étasunienne au titre similaire de NBC sortie également en 2010. Aucun spoiler.

Haruma Sôsuke travaille avec passion et succès comme inspecteur des impôts. Il ne compte pas ses heures et néglige inévitablement son épouse et sa fille. D’ailleurs, suite à diverses circonstances, il choisit de ne pas partir en voyage comme cela était prévu et laisse sa femme s’envoler à l’étranger, seule. L’avion s’écrase sans survivant. Au-delà de la tragédie de cette catastrophe et des conséquences personnelles en découlant, Sôsuke réalise avec effroi qu’elle n’est pas due à un funeste coup du sort, mais à une manipulation orchestrée dans un unique but de fraude fiscale. Quel genre d’individu est capable d’une telle froideur pour de l’argent ? Un homme d’affaires au cœur d’airain, Murakumo Shûji, se trouve justement sur sa route, mais ce détachement ne pourrait être qu’une façade…

À l’instar de la chaîne payante WOWOW, la publique NHK apprécie généralement les fictions plus condensées et adultes, ce qui s’avère agréable parmi une offre pléthorique visant surtout une audience adolescente. Chase suit le chemin de ses excellents prédécesseurs Hagetaka, Soratobu Tire et Gaiji Keisatsu en se focalisant sur des thématiques pointues, à première vue assez arides, mais définitivement humaines. Bien qu’au demeurant plutôt classique, sa réalisation essaye de se démarquer avec un montage parfois haché et des mouvements de caméra légèrement excessifs, probablement dans le but de maximiser le rythme. La musique de Kikuchi Naruyoshi participe aussi à l’atmosphère et, quoique pas toujours heureuse, permet à l’ensemble de sortir du lot et de définitivement se créer une identité. La bande-son comporte effectivement une tonalité très jazzy, avec un saxophone prépondérant s’amusant volontiers d’un registre exotique et d’un déchirement grinçant, mais également avec un chant soprano lancinant – approche qui se veut finalement logique au vu du compositeur aux commandes. Au moyen de ses six épisodes rondement menés, Chase ne se perd pas en circonvolutions et tente d’injecter une ambiance intrigante allant crescendo, mais finissant par assez rapidement s’étioler, la faute à un basculement d’enjeux en cours de route. Les débuts de la série s’adonnant à la carte du thriller financier ne ressemblent en aucun cas à l’épilogue, beaucoup plus dramatique et marqué par une vengeance nourrie depuis plusieurs décennies. En effet, le scénario laisse d’abord croire à des jeux de dupe et à la poursuite de ces fraudeurs éhontés, tout en insufflant en filigrane une dimension critique, éthique, sur la profession du protagoniste. Que la production souhaite changer de fusil d’épaule ne gêne nullement, surtout lorsque la progression se fait adroitement, mais il est clair qu’elle aurait dû distiller des indices dès le départ. Ceux espérant un polar nerveux, intellectuellement stimulant et discutant de montages financiers risquent la déception ; en revanche, les amateurs d’histoires abordant l’intime et les obsessions de représailles finiront, eux, certainement davantage satisfaits.

Chase démarre par un épisode d’exposition mettant en avant le travail assez ingrat et chronophage d’inspecteur des impôts exercé par Haruma Sôsuke. Convaincu de l’importance de sa mission, il bataille contre l’évasion fiscale en respectant ses valeurs et la loi. Jusqu’à présent, sa carrière se déroule de manière traditionnelle, sans heurts notables. Et pourtant, il tombe des nues en constatant que des mentors qu’il tenait en haute estime ne sont pas infaillibles et que la corruption touche tous les domaines, même ceux les combattant. L’écriture a le bon goût de troubler les frontières morales, de laisser des doutes sur divers sujets épineux en lien avec l’argent. Sôsuke et son pendant négatif, l’homme d’affaires Murakumo Shûji, se ressemblent finalement assez, mais tandis que l’un reste droit dans ses bottes et refuse la tentation, l’autre part du principe que tant qu’à vivre dans un monde pétri de vices, autant en profiter. Sôsuke, incarné par Eguchi Yôsuke (Shiroi Kyotô), s’efface derrière le fin fraudeur et peine à réellement fédérer. Ce qui lui arrive n’est pas dénué d’intérêt, loin de là, mais sa caractérisation traditionnelle manque de relief et d’une véritable intensité émotionnelle. Diligent au bureau, il délaisse néanmoins sa vie de famille et le réalise trop tard, après le décès de son épouse (Kimura Tae – Coffee-ya no Hitobito). Sa fille unique (Mizuno Erina) l’en juge responsable et décide de le mépriser, voire de volontairement le blesser en flirtant avec tout ce qu’il exècre. Abattu, il choisit de se plonger encore plus dans sa lutte et continue ses affaires avec la pugnacité le définissant. Et c’est simultanément qu’il découvre que derrière maintes de ses enquêtes se cache quelqu’un tirant les ficelles à une plus grande échelle. Sa combativité se métamorphose en obsession quand il comprend que ce même homme a un rôle relatif dans le crash aérien. La série brosse ainsi la confrontation entre ces deux individus et propose une sorte de jeu du chat et de la souris.

Le premier tiers de Chase se concentre sur les malversations financières de Murakumo Shûji, surnommé à juste titre le magicien des Caraïbes. Intelligent et fin stratège, il vend ses services aux plus fortunés désirant éviter au maximum les taxes, voire s’en débarrasser totalement. Il ne recule devant rien pour arriver à ses fins, quitte à user de méthodes peu orthodoxes et amorales. Son fidèle et volubile comparse, Johnny Wong (Ôhama Naoki), se charge des basses besognes. Hiyama Kiichi (Saitô Takumi – QP), le riche président d’une grande société, l’approche, car il s’apprête à toucher un considérable héritage paternel et ne souhaite en aucun cas le voir fondre comme neige au soleil. Cette collaboration, certainement semblable à une multitude d’autres qu’il a déjà concoctées, n’est en vérité pas si banale que ça. Le crash d’avion et les sommes colossales mises sur le tapis ne sont que des rouages dans ce qu’il trame en coulisses. Si la fiction commence avec son inspecteur des finances et cherche à créer un pont émotionnel avec ses téléspectateurs, son véritable sujet phare est l’antihéros que représente Shûji. Énigmatique, calme, à l’allure très soignée, il pense à tout et maîtrise son domaine. L’interprétation habitée d’Iura Arata (Mitsu no Aji) confère au personnage une dimension grave, inquiétante et troublante. L’homme d’affaires arbore une main prothétique en plastique pour une raison inconnue et ne parle guère de son parcours, de son passé. Les retrouvailles avec une amie ne le laissant pas indifférent, Kawashima Kaori (Asô Kumiko – Kaette Kita Jikô Keisatsu), le font sortir subrepticement de sa réserve, les deux partageant bien plus de points communs que ce que les apparences amènent à croire. Bien que cette femme ne possède pas les capacités de Shûji, elle sait ce qu’elle veut et de quelle manière l’atteindre, la série ne la bornant pas du tout à un rôle superficiel. Avec le jeune Hiyama, le quatuor se lance ainsi dans une opération financière de grande envergure pendant que la brigade anticorruption les pourchasse et que l’un des leurs cherche surtout une vengeance individuelle.

Le thriller financier se mute assez rapidement en revanche amère mûrie depuis des dizaines d’années. Au départ, Chase illustre le cheminement de Sôsuke et de ses collègues dans la lutte contre l’évasion fiscale. Malheureusement, même pour une totale néophyte en la matière, les manœuvres utilisées par les fraudeurs ne comportent aucune note stupéfiante ou effervescente. L’écriture se limite à une présentation scolaire, presque ingénue et simpliste. D’une certaine manière, que la série ait alors choisi de tirer parti de l’intime de ses personnages s’avère judicieux tant elle ne paraissait pas suffisamment armée pour convaincre sur le plan du suspense. Tout au long des épisodes, Sôsuke et Shûji se tournent autour, se découvrent et essayent de sortir victorieux de cette course-poursuite plutôt stimulante à regarder. L’alchimie entre les deux acteurs ne fait nul doute, tout comme leur complémentarité. L’inspecteur des impôts se lance à corps perdu dans sa quête devenue obsessionnelle, remonte toutes les pistes à sa portée et commence un voyage l’amenant dans le passé. En dépit d’excellents moments confidentiels à l’aura tantôt bouleversante tantôt intrigante, la conclusion délivre un arrière-goût un peu amer, car au lieu de permettre à Shûji d’être l’antagoniste marmoréen dépeint initialement, elle cherche à l’excuser, expliquer et quasiment cautionner ses actes, lui qui se voit envahir par ses démons. Une fois de plus, la télévision japonaise sombre dans l’écueil de dédiaboliser ses ennemis, de leur offrir une certaine rédemption. Trop rares sont les productions à dessiner un individu agissant cruellement tout bonnement parce qu’il en a envie et non pas parce qu’il a souffert de la main d’autrui. Quel dommage !

En résumé, Chase pèche un peu par excès d’ambition en souhaitant à la fois allier un fond financier au climat exaltant à une vendetta plus intime et émotionnelle. Que ce soit l’une ou l’autre dominante, elles se révèlent finalement superficielles, la faute à un traitement inégal et à des choix scénaristiques n’allant pas jusqu’au bout des choses. Pourtant, cette série ne manque clairement pas d’idées en plus de disposer d’un personnage majeur, imperturbable, ambivalent et fascinant. Avec un tel potentiel et un intéressant duel favorisant l’ambiguïté, il devient assez légitime d’en ressortir légèrement déçu, bien que le divertissement réponde à l’appel et que l’ensemble ne commette aucune réelle erreur de route, sauf justement de trop s’éparpiller et de ne pas oser se montrer plus subversif. Malgré tout, notamment en raison de la partie choyant l’intime, le visionnage se veut plus qu’agréable et mérite le détour pour qui souhaite une fiction nippone se détachant des standards en vigueur.

By |2017-06-05T11:06:50+02:00octobre 25th, 2017|Chase, Séries japonaises|0 Comments

Yottsu no Uso | 四つの嘘

Comme trop souvent, à force de récupérer un tas de séries et de les laisser traîner maintes années, arrive un moment où l’on ne sait plus du tout de quoi il en retourne. Jusqu’à encore récemment, Yottsu no Uso faisait partie de cette catégorie digne d’une pochette surprise. Il s’agit d’une adaptation du roman d’Ôishi Shizuka dont le titre peut être approximativement traduit par quatre mensonges. Ses neuf épisodes furent diffusés sur TV Asahi entre juillet et septembre 2008 ; seul le premier d’entre eux détient quinze minutes additionnelles. Aucun spoiler.

Quand une de leur ancienne camarade de lycée décède dans des circonstances tragiques, au Canada, trois quarantenaires se retrouvent et découvrent que la défunte menait une double vie. En réalité, le quatuor semble étouffé par diverses cachotteries et autres non-dits. Alors que ces femmes essayent de reprendre une existence paisible, leur passé ressurgit constamment et les empêche d’avancer. Ne devraient-elles pas régler tous ces problèmes touchant parfois au plus profond de leur intimité ?

En ce qui concerne la romance, la télévision japonaise, voire internationale, préfère souvent choyer un jeune public. Voir des personnages plus âgés, même si l’on ne figure pas encore dans la génération étudiée, se révèle donc plutôt rafraîchissant et intrigant. Yottsu no Uso décide ainsi de s’attaquer à ce qu’elle nomme la période phare des femmes, celle de leur apparent épanouissement le plus complet : la quarantaine. Il est tout de même dommage qu’en dépit de son angle d’approche légèrement novateur, cette fiction se contente d’archétypes les plus basiques qui soient et se noie par moments dans plusieurs clichés fortement dispensables. Le rythme assez enlevé et la jolie musique de Sawada Kan (Doctor X) permettent heureusement de contrebalancer plusieurs de ces défauts d’écriture, surtout que le ton s’avère assez moderne et libérateur sur certains points. À travers diverses situations, le scénario veille à illustrer l’indépendance de la femme et la possibilité de toujours tout recommencer à n’importe quel instant, quitte à prendre des mesures allant à l’encontre des attentes sociétales. Les propos demeurent certes un peu timorés, mais l’idée est là et susceptible d’induire chez quelques téléspectateurs matière à réflexion. Afin d’ajouter un peu de piquant, les épisodes se dotent également d’une atmosphère mystérieuse puisque la vie cachée de l’amie s’évanouissant dès son arrivée à l’antenne est dévoilée au compte-gouttes, consécutivement aux secrets des autres protagonistes. Cette personne reste pour autant plus que présente, car elle officie en tant que narratrice, dans un style s’apparentant à Desperate Housewives. Sur un ton calme, elle se permet plusieurs gentilles railleries et tente de remettre les pendules à l’heure. Yottsu no Uso mélange beaucoup de registres, probablement trop, finalement. Le drame, la romance, les énigmes et l’humour s’associent maladroitement et cette absence de ligne directrice claire rend la production bancale. Ce manque d’hétérogénéité se ressent d’ailleurs au sein même du quatuor.

Bien que la série vante initialement la quarantaine, en répétant qu’il s’agit d’une exceptionnelle période, ses héroïnes ne paraissent à première vue pas rayonner de joie, à l’exception de la placide Tokura Miwa (Hada Michiko – Keishichô Sôsa Ikka 9 Gakari), celle disparaissant en mer dans un accident de bateau. Que fait-elle au Canada, accompagnée d’un ancien amour de jeunesse campé par Nakamura Tôru (Soratobu Tire) ? Cette mort inattendue touche plus particulièrement Nishio Makiko (Terajima Shinobu – Onna wa Sore wo Yurusanai), une femme au foyer souffrant du détachement de son pleutre de mari (Watanabe Ikkei – Galileo) et de ses enfants la prenant pour la bonne à tout faire. Outre la caricature de sa caractérisation, ce personnage s’avère la majeure partie du temps insupportable. Têtue, immature et ridicule, elle se comporte comme une adolescente écervelée et agace plutôt que de provoquer de l’amusement malgré les velléités cocasses du récit en devenant presque incongrues. Yottsu no Uso ponctue ses épisodes de réguliers flashbacks, vingt-trois ans plus tôt, alors que les filles évoluaient au lycée. Elles n’étaient pas toutes amies, se sont disputées, jalousées et depuis lors, guère revues. La disparition de Miwa les amène à se retrouver et à enfin régler des inimitiés latentes. Haitani Neri (Takashima Reiko – Kekkon Dekinai Otoko), elle, travaille comme chirurgienne et dirige avec talent son service. Carriériste, arrogante, sûre d’elle et de ses compétences, elle a mis sa vie personnelle entre parenthèses et ne regrette rien même si elle est célibataire, sans enfant. Elle s’occupe toutefois de près de ses subordonnés, dont Fukuyama au tempérament assez ambivalent (Hasegawa Hiroki – Suzuki Sensei). Une fois de plus, la psychologie de cette femme ne brille pas par son originalité et le scénario pousse le vice jusqu’à lui offrir un développement assez ridicule et improbable digne d’un roman à l’eau de rose. Par chance, la verve de ce médecin, ses répliques enlevées et son fort caractère permettent de ne pas trop tiquer. Autrement dit, Yottsu no Uso emploie les ressorts éculés de la confrontation entre la douce représentée par Miwa, la désespérée avec Makiko et la vive d’esprit jouée par Neri. Et forcément, la quatrième roue du carrosse ne peut qu’avoir trait à la vipère !

Ne le nions pas, les trois quarts des héroïnes ne méritent pas le déplacement. La série gagne ses galons avec son dernier membre, Hara Shifumi, parfaitement interprétée par Nagasaku Hiromi (Magerarenai Onna). Exposée comme étant une sorcière, croqueuse d’hommes et vénale, elle n’a sur le papier rien de bien enthousiasmant. Or, l’histoire veille à nuancer ces propos et offrir un visage bien plus fin, troublé et attachant. Shifumi habite avec son père dément et son adolescente de fille dans une petite librairie désuète en proie à d’importantes difficultés financières. Elle n’a de cesse que d’économiser, sans jamais quémander ou trop se forcer. Fière à sa manière, elle choie l’instant présent et entretient une relation avec un jeune boxeur passionné (Katsuji Ryô – Cat Street) qui paraît l’aimer. Cet électron libre se sent mort de l’intérieur, tient à son indépendance et l’air de rien, se montre bien plus psychologue qu’au premier abord. Shifumi a beau jouer l’indifférence, elle ne l’est pas. Elle comprend parfaitement les tourments de Makiko constatant ne vivre qu’à travers sa famille ou les besoins charnels de Neri. Son rapport tendu avec son ex-belle-mère (Nogiwa Yôko) rigide et cossue propose également de jolis moments réalistes, pudiques. Tout au long de la série, ces trois femmes en vie se côtoient parfois bien malgré elles et finissent enfin par régler tout ce qui les travaille depuis plus de deux décennies. Si elles n’ont pas grand-chose en commun, elles se serrent consciemment ou non les coudes et en dépit des adversités, elles réussissent toujours à s’en sortir. Cette amitié particulière plaît pour son absence d’idéalisation, d’effusions et de promesses de grands sentiments éternels. Si les héroïnes représentent l’essence de cette œuvre télévisuelle, les hommes, eux, sont croqués de manière tantôt abstraite, tantôt stéréotypée. Les épisodes auraient gagné à les dépeindre avec plus de profondeur et à ne pas les assimiler à de banals ressorts scénaristiques.

Pour résumer, Yottsu no Uso retrace le parcours de quatre quarantenaires confrontées à leurs actions passées, tentant d’aller de l’avant et de s’affranchir de leurs propres démons. Malgré un sujet susceptible de favoriser les tragédies, la série ne sombre pas vraiment dans les excès mélodramatiques et, au contraire, injecte une atmosphère souvent légère et amusante. Cet humour en devient d’ailleurs autant une qualité qu’un défaut, car plusieurs situations saugrenues s’avèrent contreproductives et rendent le visionnage parfois un peu laborieux. Les circonstances du décès d’une ancienne camarade de lycée alimentant des notes mystérieuses ne conduisent pas non plus à des révélations à couper le souffle et tombent assez vite à l’eau. Si l’alchimie du trio visible à l’écran fonctionne et apporte de sympathiques moments, c’est surtout la supposée vile manipulatrice qui transcende l’ensemble par sa grâce naturelle. Finalement, en dépit de quelques bons éléments et de sa capacité à divertir correctement, cette fiction se montre un peu trop caricaturale et bancale pour pleinement convaincre.

By |2017-05-19T18:26:15+02:00mai 24th, 2017|Séries japonaises, Yottsu no Uso|0 Comments