Wagaya no Rekishi | わが家の歴史

Par , le 17 février 2013

Ce qu’il y a de particulièrement sympathique dans les productions télévisées nipponnes, c’est qu’elles n’hésitent jamais à mettre les petits plats dans les grands. Il n’est effectivement pas rare que pour des occasions spéciales, des acteurs connus se retrouvent tous ensemble et que chacun y mette du sien. Le tanpatsu Wagaya no Rekishi est un exemple parmi tant d’autres. Composé de trois épisodes d’une durée variant de deux heures à deux heures et demie, il fut diffusé sur Fuji TV les 9, 10 et 11 avril 2010. Mitani Kôki (Shinsengumi!) s’est occupé du scénario de cette série écrite pour fêter les cinquante ans de la chaîne japonaise. Le titre peut être approximativement traduit par l’histoire de ma famille. À noter que les audiences furent plutôt excellentes avec 20 % de téléspectateurs en moyenne. Aucun spoiler. Se déroulant sur une trentaine d’années, Wagayaka no Rekishi illustre la vie des Yame, une famille banale et ordinaire comme il y en a eu et aura encore des milliers. Difficile de ne pas être curieux devant ce tanpatsu quand on voit la distribution. Impressionnante serait l’épithète la qualifiant le mieux, cela va s’en dire. […]

En lire plus...

Warui Yatsura | わるいやつら

Par , le 19 décembre 2012

Le renzoku Suna no Utsuwa m’ayant définitivement marquée, il est normal que j’explore les autres adaptations du romancier Matsumoto Seichô. Entre 2004 et 2007, trois de ses romans ont été transposés à la télévision et tous ont pour héroïne Yonekura Ryôko. Jusqu’à récemment, seul Warui Yatsura disposait de sous-titres. Or, par chance, depuis quelques semaines Kemonomichi est traduit et il ne reste plus qu’à espérer que Kurokawa no Techô finisse par prendre ce chemin. Le billet de ce jour sera dédié à Warui Yatsura mais d’autres travaux de l’écrivain devraient avoir les honneurs un de ces jours sur Luminophore. À l’origine, il y a donc le roman du même nom, écrit en 1961, dont le titre signifie approximativement les gens mauvais. Il a déjà été adapté dans le programme Onna to Ai to Mystery, en tanpatsu diffusé en 2001 où Toyokawa Etsushi incarnait le personnage principal. Toujours du côté du petit écran, il y a encore eu auparavant, dans le programme Kayô Suspense Gekijyô, un autre tanpatsu, datant de 1985, avec cette fois-ci Furuya Ikko dans le rôle-titre. Quant au cinéma, un film sorti en 1980 s’est inspiré de l’histoire et […]

En lire plus...

Niji wo Kakeru Ôhi | 虹を架ける王妃

Par , le 14 octobre 2012

Vous l’avez peut-être remarqué, depuis quelques mois les billets sur Luminophore alternent consciencieusement les renzoku et les tanpatsu. J’essaye en fait de vider le stock des tanpatsu présents dans mes dossiers car ils commencent à déborder virtuellement de partout. Et qui sait ? Dans tout ça il doit bien y avoir quelques perles ; espérons-le en tout cas. Aujourd’hui, place à Niji wo Kakeru Ôhi qui est un tanpatsu assez spécial. Il fait effectivement partie avec Haruka Naru Yakusoku d’un programme de Fuji TV s’étant étalé sur les soirées du 24 et 25 novembre 2006 et dont le thème était les histoires romantiques entre deux personnes de nationalité différente. Niji wo Kakeru Ôhi est le premier des deux et est passé sur la chaîne le 24 novembre 2006. Il dure 110 minutes et ne comporte qu’un seul épisode. Il semblerait que celui-ci ait été réalisé dans le cadre des quarante ans du traité nippo-sud-coréen dont le but était de normaliser leurs relations diplomatiques. Haruka Naru Yakusoku sera prochainement mis à l’honneur sur ce blog. Niji wo kakeru ôhi signifie approximativement une reine pour construire un arc-en-ciel. Aucun spoiler. 1920, Japon. […]

En lire plus...