Woman’s Island

//"%s"Woman's Island

Tsugunai | 償い

Par , le 31 mars 2013

Au cours de l’automne 2012, les chaînes japonaises semblent avoir eu envie de parler de SDF puisqu’outre PRICELESS avec Kimura Takuya, Tsugunai a aussi mis à l’honneur un homme vivant dans les rues. Composée de trois petits épisodes de quarante-cinq minutes, cette série fut diffusée sur NHK BS Premium entre novembre et décembre 2012. Il s’agit d’une adaptation du roman à succès du même nom de Yaguchi Atsuko publié au Japon en 2003 ; il n’est à ce jour pas disponible en français ou en anglais. Sinon, depuis 2009 il existe aussi une transposition en manga de deux volumes réalisée par Ôta Kumi. Le titre signifie approximativement expiation. Aucun spoiler. Hidaka Eisuke était autrefois un brillant neurochirurgien à qui tout paraissait sourire. Il menait effectivement avec succès une carrière professionnelle et sa vie familiale donnait l’impression d’être tout aussi enrichissante. Malheureusement, suite à une tragédie il perd tout et se laisse rapidement glisser jusqu’à devenir un véritable sans-abri. Arpentant inlassablement les rues, il tombe un soir sur un incendie ne semblant pas être purement accidentel. S’en suivent plusieurs meurtres particulièrement violents et traumatisants, laissant penser la police que le coupable n’est autre qu’Eisuke. L’ancien médecin, lui, réalise avec stupeur qu’il est fort possible qu’il connaisse l’assassin et qu’il lui ait sauvé la vie douze ans plus tôt.       Si son sujet me paraissait tout à fait intéressant, c’est surtout sa tête d’affiche qui m’a donné envie de lancer Tsugunai. Effectivement, pour la toute première fois de sa pourtant […]

En lire plus...

Aru Ai no Uta | ある愛の詩

Par , le 26 septembre 2012

Toujours dans ma tentative d’explorer la totalité de la filmographie de Matsuda Shôta, j’ai regardé récemment le dernier tanpatsu sous-titré qu’il me restait avec lui, à savoir Aru Ai no Uta. Comme souvent, il s’agit d’une adaptation d’un roman et dans ce cas précis de celui du même nom de Shindô Fuyuki (aussi derrière Kuroi Taiyô). Le tanpatsu ne comporte qu’un seul épisode de cent minutes diffusé le 27 mars 2006 sur TBS. Aru ai no uta signifie la chanson de l’amour. Aucun spoiler. À Okinawa, Nanase Takumi est un jeune homme passant plus de temps à nager dans l’océan avec le dauphin Tetis que sur la terre ferme. Lorsqu’il rencontre Kashiwagi Ruka, une chanteuse classique venue de Tôkyô, c’est le coup de foudre. Malheureusement pour eux, une fois les vacances terminées, ils doivent se quitter et repartir vers leur existence qui ne les satisfait plus réellement. Si j’avais douze ans, j’aurais peut-être apprécié Aru Ai no Uta. Attendez, on y voit un dauphin, de jolis paysages d’Okinawa, un ikemen nageant avec ledit dauphin et on a le droit à une histoire romantique. Oui, à douze ans j’aurais pu être charmée. Ah, et maintenant vous dites ? C’est fou n’empêche, en ce moment j’ai l’impression de tomber uniquement sur des tanpatsu indépendants absolument horribles. Oui, évidemment, j’ai trouvé l’ensemble totalement stupide. Le personnage principal, Takumi, incarné par Matsuda Shôta, est naïf, idéaliste et croit que tout le monde est beau et gentil. Il adore aller dans l’océan nager avec Tetis, un […]

En lire plus...