Tsumi to Batsu | 罪と罰

Par , le 21 juin 2017

Incroyable, mais vrai, je suis enfin arrivée au bout du stock de fictions japonaises sommeillant dans mes dossiers depuis parfois maintes années. Cela m’aura pris beaucoup de temps, mais maintenant, je peux repartir sur des bases un peu plus légères, à condition que je ne retombe pas dans mes travers. C’est d’ailleurs assez amusant de terminer avec Tsumi to Batsu, une production qui me faisait grandement envie depuis sa diffusion, mais que je n’ai donc regardée qu’il y a peu. Son titre, traduisible en crime et châtiment, ne laisse guère de doute sur la paternité de l’histoire puisqu’il s’agit d’une déclinaison d’un manga en dix tomes d’Ochiai Naoyuki adaptant et modernisant lui-même l’illustre roman de Fiodor Dostoïevski ; la bande dessinée est disponible en France chez Akata/Delcourt sous l’appellation Syndrome 1866. La série japonaise, elle, se constitue de six épisodes transmis sur WOWOW entre avril et juin 2012 ; à l’exception du dernier comportant vingt minutes additionnelles, les autres se contentent de cinquante. Aucun spoiler. Est-ce réellement un crime que d’assassiner un individu entravant le bon fonctionnement de la société ? Le jeune étudiant sans le sou Tachi Miroku se pose nombre de questions […]

En lire plus...

Saiyûki (2006) | 西遊記

Par , le 8 juin 2016

S’il existe bien une histoire adaptée à maintes reprises en Asie, c’est celle du célèbre roman chinois du XVIè siècle Xī Yóujì, attribué à Wu Cheng’en et connu en français sous différentes appellations telles que La Pérégrination vers l’Ouest et Le Voyage en Occident. Les anglophones optent de leur côté pour Journey to the West ; et au Japon, il est question de Saiyûki. Plusieurs fictions nippones utilisent ce récit, la transposition la plus notoire étant probablement celle de 1978 avec Sakai Masaaki (Churasan) dans le rôle principal ; elle a même été doublée en anglais pour la BBC, preuve de sa renommée. En France, ce serait plutôt le manga Gensômaden Saiyûki de Minekura Kazuya, transformé ensuite en animé, qui demeurerait en mémoire. Étonnamment, aucune série récente ne s’est attaquée à la tâche, mais il faut admettre qu’outre la richesse et densité de cet univers, son concept mêlant fantastique, monstres divers et autres divinités pose certainement quelques problèmes de budget. Cela n’a visiblement pas freiné le scénariste Sakamoto Yûji (Soredemo, Ikite Yuku, Last Christmas) puisqu’il s’est occupé de cette version japonaise constituée de onze épisodes diffusés sur Fuji TV entre janvier et […]

En lire plus...