The Golden Hour | Golden Hour : Urgences Extrêmes (série complète)

Sur Luminophore, l’année dernière fut assez axée Richard Armitage. On ne peut pas dire qu’en 2009 ce soit le cas. A ce propos, les reviews de la saison trois de Robin Hood arriveront… quand je me serai décidée à la commencer. Aimant toujours bien l’acteur, lorsque je trouve une de ses séries, je ne me prive pas pour la regarder. Coup de bol, M6 a diffusé cet été The Golden Hour. Evidemment ce fut en français donc impossible de profiter de la superbe voix de Richard Armitage. Tant pis.
The Golden Hour, transformée en Golden Hour : Urgences Extrêmes chez nous, est une série anglaise de ITV. Elle fut diffusée le temps de quatre épisodes de 90 minutes en 2005. Du fait de mauvaises audiences, elle a été arrêtée presque aussi sec. Côté distribution, on retrouve donc Richard Armitage dans un des rôles principaux ainsi que quelques acteurs ayant joué dans pas mal de séries anglaises (Sinchronicity ou The Palace par exemple).

La vie d’une équipe médicale spécialisée dans les interventions d’urgences.
Alec, Jane, Paul et Naz forment une équipe efficace de jeunes médecins qui luttent en permanence pour garder la tête froide face à la pression. Ils travaillent contre la montre pour secourir les victimes de traumas et doivent opérer la plupart du temps non à l’hôpital, mais à vif, au milieu de la rue.
Source : AnnuSéries

Le titre de la série, que l’on peut traduire en l’heure d’or est l’heure précieuse qui suit un accident. C’est cette heure qui peut faire la différence entre la vie et la mort du patient. C’est un terme utilisé dans le milieu médical.
The Golden Hour est une sorte de copier-coller d’Urgences mais à la sauce anglaise et avec beaucoup de défauts en plus. Il est vrai que la série essaye de tonner un ton particulier et de changer des séries du genre mais ce n’est pas une réussite. Chaque épisode débute par un accident faisant de nombreuses victimes et blessés. Les secouristes arrivent alors sur les lieux et s’en suit une succession de flashbacks allant dans tous les sens. Ces remontées dans le temps peuvent mettre en avant les blessés et ce qu’ils faisaient avant d’avoir des soucis mais ils sont aussi là pour montrer la vie des héros la veille ou quelques heures plus tôt. Ces flashbacks donnent le tournis car il n’y a aucune suite logique, on passe du coq-à-l’âne, on revoit les mêmes évènements mais avec quelques informations en plus, ou alors via les yeux d’un autre personnage, etc. Ca devient très vite pénible.

Le mélange médical / vie des personnages n’est pas très bien dosé. L’aspect limite soap de la vie sentimentale des héros n’aide pas. Si en plus les membres de l’équipe d’urgences ne sont pas plus sympathiques que ça, il paraît évident qu’on en a un peu rien à faire de ce qu’ils vivent. Concernant l’aspect médical, bizarrement c’est assez lent. Je dis bizarrement car les médecins ont justement fort à faire puisqu’il faut agir très vite. Or là ça ne donne pas du tout cette impression. Attention aux yeux sensibles car c’est parfois à la limite du gore.

Il n’est pas très étonnant que The Golden Hour ait été annulée en Angleterre. La série ne décolle pas du tout et ne passionne pas des masses. Les acteurs ne sont pas franchement très bons, ce qui n’aide pas du tout. Par ailleurs, les flashbacks sont bien trop nombreux et plombent le rythme de l’histoire. Ne parlons même pas de l’aspect parfois mélodramatique ou de l’espèce de triangle amoureux pénible à souhait. Quand bien même on apprécie Richard Armitage, The Golden Hour ne vaut même la peine qu’on s’y attarde.