The Sally Lockhart Mysteries | Les Aventures de Sally Lockhart (série complète)

Cela faisait longtemps qu’une adaptation d’un roman n’avait pas été traitée sur Luminophore, grâce à Arte, on est reparti pour un tour. Effectivement, les 20 et 27 juin dernier furent diffusés les deux premiers volets des Aventures de Sally Lockhart (The Sally Lockhart Mysteries en VO). Derrière ce titre se cachent les romans en quatre tomes de Philip Pullman. Oui oui, celui qui est bien à l’origine de A La Croisée des Mondes (His Dark Materials). Sa série, Sally Lockhart, est plus ancienne et date des années 1980. Elle est aussi disponible en français. Néanmoins, seuls les deux premiers tomes ont été adaptés en série. Cette série anglaise comporte du coup deux épisodes de 90 minutes chacun. Le premier fut diffusé le 27 décembre 2006 et le second le 30 décembre 2007, tous deux sur la BBC. A noter que l’héroïne est interprété par Billie Piper (Rose dans Doctor Who).

Londres, 1872. La jeune Sally Lockhart a bénéficié grâce à son père, patron aventureux d’une compagnie maritime, d’une éducation fort peu conventionnelle pour son temps : elle sait tenir des livres de comptes, tire au pistolet et parle couramment le hindi. Mais alors que son père vient de disparaître dans un naufrage en Extrême-Orient, la jeune orpheline va découvrir combien ces talents peuvent s’avérer utiles. Avec pour seul indice un fragment de lettre l’enjoignant de se défier des « sept bénédictions », et le renfort de Frederick et Jim, deux jeunes gens rencontrés par hasard, elle se lance dans une enquête semée de morts violentes et de vapeurs d’opium. Face à eux se dresse un ennemi inattendu, mais impitoyable : Mrs Holland, terrible harpie qui cache un redoutable secret…

Il s’agit là du synopsis du premier épisode, The Ruby in the Smoke. Le second, The Shadow in the North, se déroule quelques temps après et traite d’un autre sujet tout en reprenant plus ou moins les mêmes personnages.
Personnellement, j’ai adoré His Dark Materials donc j’étais très intéressée par The Sally Lockhart Mysteries. D’autant plus que ça se passe à l’époque victorienne et que Billie Piper est plus que présente. Tout ça pour dire que je partais avec énormément d’entrain. Et honnêtement, le soufflet est vite retombé. Certes, il y a de la tension, pas mal de suspense et des intrigues plutôt bien ficelées mais les émotions ne sont pas franchement là. Pourtant en trois heures de temps il s’en passe des choses et on devrait se sentir au moins touché par certaines morts ou situations. Eh bien ce ne fut pas le cas pour ma part. En vérité j’ai plus été attristée par la mort d’un chien que par celui d’un des personnages ^^;
L’héroïne a tout pour (me) plaire : elle est forte, courageuse, sait se débrouiller seule, intelligente, intrépide mais elle est assez insupportable. Je n’en reviens pas de ce que je vais écrire mais j’ai trouvé Billie Piper assez moyenne. Peut-être est-ce du à la VF qui n’est pas très heureuse (elle a la voix de Claire dans Six Feet Under d’ailleurs). Et forcément, lorsque l’héroïne ne plaît pas plus que ça, il est difficile d’accrocher à fond à l’oeuvre en question.

Assez mou et presque barbant, les épisodes ne sont pas d’une qualité exceptionnelle. Les fustiger ne serait pas la bonne solution mais cela ne m’a pas donné envie de lire les romans de Philip Pullman alors qu’il s’agit là d’un auteur que j’aime bien. Néanmoins, le second épisode se laisse plus facilement regarder même si l’ennui a pointé le bout de son nez par moment. Les personnages se complexifient davantage et l’ambiance est nettement plus sombre. Par contre la fin n’évite pas les clichés du genre… Si The Sally Lockhart Mysteries ne remporte pas mes suffrages, elle a tout de même des qualités non négligeables comme les costumes, la reconstitution de l’Angleterre victorienne, une certaine critique de la société et une musique très agréable. Un résultat décevant pour ma part mais peut-être avais-je mis la barre beaucoup trop haute ?