The Vampire Diaries (saison 8)

Lors de son arrivée, beaucoup n’auraient probablement pas pensé que The Vampire Diaries s’installerait aussi longuement à l’écran et réussirait à se créer une telle communauté. Parce que ne le nions pas, elle aura marqué une génération et rien que pour ça, elle mérite un certain intérêt. La série s’est ainsi arrêtée au terme de sa saison huit, raccourcie à seize épisodes diffusés sur The CW entre octobre 2016 et mars 2017. L’annulation ayant été annoncée suffisamment tôt, les scénaristes ont pu l’anticiper et délivrer une conclusion en bonne et due forme. Aucun spoiler.

Après des années assez poussives réutilisant constamment les mêmes grossières ficelles narratives, la septième relevait légèrement le niveau. L’absence d’Elena ne se faisait effectivement pas vraiment ressentir et permettait de redynamiser le tout. Sans grande surprise, cette huitième se limite au cahier des charges des productions arrivées en bout de course et ne propose pas grand-chose d’original ou d’enthousiasmant. Pourtant, l’écriture cherche visiblement à jouer la carte de la nostalgie en remémorant aux fidèles téléspectateurs de sympathiques moments, en multipliant les clins d’œil, en ramenant moult visages familiers, en s’amusant parfois d’une touche d’autodérision. Bref, The Vampire Diaries ne se moque pas de ses fans. Mais d’une façon ironique, ces éléments rappellent surtout tout ce qu’elle a été et tout ce qu’elle n’est plus. La fiction osant tuer ses protagonistes a disparu depuis fort longtemps, tout comme sa capacité à injecter un rythme haletant dopé par des rebondissements inattendus. Certes, cette saison se sépare définitivement et brutalement de plusieurs de ses figures maîtresses, mais puisqu’il s’agit de l’épilogue, elle n’a pas à recevoir une quelconque médaille. Ces facilités et ces résurrections ont peu à peu créé une distance émotionnelle rendant l’empathie souvent hasardeuse et justement, ces épisodes le reflètent de trop. L’ultime d’entre eux, malgré plusieurs qualités notables, le prouve, car les développements sont expédiés, voire inexistants, et l’audience apprend maintes informations capitales en n’ayant jamais l’opportunité de les digérer, d’où l’apparition d’un léger sentiment de frustration. En dépit de toute sa bonne volonté et d’un joli message prônant la famille, la série s’y adonne ici avec maladresse surtout qu’elle ne sort pas des sentiers battus, autant avec ses antagonistes qu’avec ce qui gravite autour de ses héros.

Comme toute saison qui se respecte, celle-ci apporte son lot d’enjeux et comme d’habitude, la fine équipe de Mystic Falls bataille ferme pour assurer la survie des siens. Et pour cause, les menaces n’ont peut-être jamais été si vives, avec un sentiment d’urgence absolue. Les épisodes reprennent quelque temps après que la caméra s’était éteinte. Damon et Enzo font toujours bande à part, contrôlés par une mystérieuse puissance se cachant dans une grande étendue d’eau. Ils tuent allègrement des humains, les torturent tout aussi volontiers et les livrent à cette fameuse entité aquatique. La première moitié s’attarde ainsi sur cet ennemi au départ insondable et dénué d’aspect physique propre. Dommage que le récit lui offre rapidement un habitacle, car le côté intrigant et quelque peu inquiétant disparaît instantanément – à l’image de son destin final, d’ailleurs. Cet arc a au moins le mérite de bousculer les fondements fantastiques de The Vampire Diaries puisqu’il n’est nullement question de créatures déjà vues. Mais que ce soit Sibyl (Nathalie Kelley – Dynasty) ou Seline (Kristen Gutoskie), elles ne parviennent pas à s’imposer et ne servent généralement que de prétextes scénaristiques pour provoquer des remous dans la vie intime des personnages principaux. Par exemple, Alaric et Caroline craignent alors pour leurs jumelles et Bonnie cherche à récupérer Enzo envers et contre tout. Plus précisément, ces femmes directement issues du folklore scandinave offrent surtout un parallèle intéressant, bien que guère naturel, avec la relation complexe qu’entretiennent Stefan et Damon. La saison a en effet l’excellente idée de lui faire honneur et de l’explorer sur la durée.

Les frères Salvatore s’aiment, ce qui ne les empêche pas de se déchirer sous fond de quête de rédemption. Si la mécanique de leur dynamique est connue depuis bien longtemps et que ces épisodes inédits la réutilisent sans rien modifier de notable, d’où une résurgence de vieux démons, admettons que la recette fonctionne assez bien. L’image générale sous-tendue par les derniers instants de la série le symbolise à merveille et les montre apaisés, après des années compliquées. Le 8×08, We Have History Together, figure parmi les franches réussites grâce à son humour et l’alchimie des acteurs. En revanche, leurs aventures romantiques ne sont pas aussi bien loties. Le retour d’Elena était évident, ce qui comptait, c’était de savoir comment elle allait revenir à la vie et de voir ses retrouvailles avec son grand amour. Or, celles-ci s’avèrent d’une fadeur presque incroyable. Les inimitiés entre les interprètes, Nina Dobrev et Ian Somerhalder, sont peut-être à blâmer, mais peu importe, leur travail est de s’en accommoder. Stefan, lui, essaye de se créer quelque chose avec Caroline, mais pour ne pas changer, la mise en scène et le traitement nuisent à l’appréciation. Le scénario demeure linéaire, avec des péripéties visibles des kilomètres en amont, des personnages quittant l’antenne à peine arrivés et un sentimentalisme parfois trop appuyé, comme lors d’une cérémonie volontairement préfabriquée. Les semaines défilent, le visionnage n’en devient pas désagréable, mais il ne laisse que de rares stigmates sur son passage. Le raccourcissement de la saison aurait dû favoriser la tension et un rythme efficace sauf que rien à faire, celle-ci patine en dehors de moments plus jouissifs, dont l’irruption d’un impertinent sorcier n’ayant pas dit son dernier mot.

The Vampire Diaries tenant à mettre les petits plats dans les grands, après avoir écarté le premier méchant, elle s’attaque à un autre. Pour le coup, elle vise haut, le plus haut possible dans l’échelle infernale. Surgit Cade (Wolé Parks), un individu capable de tout, sans remords, et s’apprêtant à régner sur Terre. Bien qu’il n’apparaisse qu’en cours de route, il tire les ficelles depuis plus longtemps et ajoute une dimension plus mystique et magique qu’à l’accoutumée. C’est donc l’occasion pour Bonnie d’essayer de rayonner. L’ex-sorcière s’est montrée depuis les débuts de la série assez incolore et malgré une récente période plus intéressante, elle retombe dans ses travers. Sa caractérisation ne tourne plus qu’autour d’Enzo, comme si elle n’existait qu’à travers ses amours et non pas en tant que personne propre. Elle n’est pas la seule à provoquer aussi peu d’empathie. Alaric a changé au fil du temps, se détache du groupe et ne voit plus que ses filles, quitte à ne pas se retourner pour sauver ses proches. Matt a le mérite d’être l’un des rares humains à avoir survécu au long cours et le légitimer vis-à-vis des fondations de Mystic Falls, avec l’arrivée d’un homme campé par Joel Gretsch (The 4400), accentue la gratuité de plusieurs développements. De surcroît, tout cet arc apparaît brouillon et peu palpitant. À la réflexion, en voulant trop faire plaisir aux téléspectateurs et en transformant l’ensemble en cadeau géant, les scénaristes se perdent au passage.

Pour conclure, en se montrant autant inégale et expédiée vers la fin, l’ultime saison de The Vampire Diaries représente peut-être l’essence même de la fiction. Sans être mauvaise, elle ne parvient pas à haranguer les foules, à favoriser une atmosphère épique et riche en émotions. Si l’amour des créateurs pour leur œuvre transpire régulièrement, la recette ne fonctionne décidément qu’à moitié. Certes, la série était arrivée en bout de course depuis un moment, mais se borner à la corde nostalgique pour ce supposé chant du cygne ne suffit pas, qui plus est quand le récit ne lésine pas sur les incohérences, les retours gratuits et autres ingrédients factices alimentant maladroitement une sphère dramatique parfois artificielle. Mais malgré tout, demeurent de bonnes idées, dont cet accent sur le sens de la famille et de la fraternité, la production ayant peut-être été avant tout l’histoire de Stefan et de Damon. Elle quitte donc l’antenne en n’ayant pas trop à avoir à rougir, surtout au regard de ce son héritage, et se laisse quelques ouvertures, si besoin. À noter que The Originals devrait bientôt suivre son chemin.

By |2018-01-09T21:25:34+01:00janvier 10th, 2018|Séries étasuniennes, The Vampire Diaries|0 Comments

The Vampire Diaries (saison 7)

Voilà, c’est acté, The Vampire Diaries s’est achevée il y a plusieurs semaines aux États-Unis. Sauf qu’avant de refermer définitivement ce chapitre, il faudrait discuter de son avant-dernière et septième saison constituée de vingt-deux épisodes diffusés sur The CW entre octobre 2015 et mai 2016. Aucun spoiler.

Depuis déjà plusieurs années, cette série manifeste de sérieux signes d’usure. Le départ inattendu de Nina Dobrev incarnant Elena aurait pu inquiéter compte tenu de son rôle majeur, mais le personnage était devenu tellement insipide qu’il ne manque pas. Au contraire, ces aventures inédites permettent de changer d’air, d’arrêter de tourner toujours autour des romances de cette ex-héroïne et, encore mieux, de commencer à explorer les éléments annexes. Pour autant, l’ensemble n’occulte absolument pas Elena et bien qu’elle soit physiquement absente, elle laisse planer son ombre à travers des références directes ou la rédaction d’un journal. Car effectivement, outre Stefan poursuivant le sien, Caroline décide de raconter à son amie ce qui se passe durant son sommeil forcé de normalement plusieurs décennies. Malgré une approche un peu trop didactique rappelant au souvenir des téléspectateurs les évènements, il est pertinent de voir que la production n’oublie pas ses origines. Dès le départ, la saison joue la carte des mystères avec une structure éclatée ponctuée de régulières séquences trois ans dans le futur. Les protagonistes y sont montrés sur le qui-vive, effrayés par quelque chose ou quelqu’un se trouvant à leurs trousses. Les interrogations se multiplient ainsi et alimentent un climat énigmatique contrebalançant les lacunes de l’écriture se bornant parfois à de la facilité, d’énormes incohérences et de grossières ficelles. Quoi qu’il en soit, pour l’heure, ce sont plutôt les Hérétiques qui occupent les esprits des personnages parce qu’ils entendent bien prendre le contrôle de Mystic Falls. La ville est plongée dans l’angoisse la plus totale, avec des habitants en proie aux envies outrancières de créatures surnaturelles. Matt essaye de préserver les siens, en vain, et commence à réfléchir à des mesures plus drastiques. Comme d’habitude, le tout jeune policier représente la clause humaine et ne détient guère d’intrigue individuelle. Il s’agace, souhaite changer les choses, botte en touche et accuse les vampires. Il n’est pas désagréable, seulement incolore, et son lien avec la tout aussi insignifiante Penny (Ana Nogueira) se range dans le coin des récits secondaires à l’intérêt limité.

Plusieurs mois se sont écoulés depuis qu’Elena a disparu de la circulation et qu’Alaric a perdu sa femme enceinte. Pour l’aider à évacuer sa douleur, Bonnie et Damon l’accompagnent en Europe qu’ils sillonnent en long, en large et en travers. Le trio revient bien sûr rapidement à bon port, mais apporte un artefact susceptible de bouleverser le difficile équilibre régnant dans la ville. La première partie de la saison s’attarde sur les Hérétiques gouvernés par la mère des Salvatore, Lily. Pondérée, elle sait ne plus pouvoir agir comme autrefois et devoir s’adapter au XXIè siècle, mais ceux qu’elle assimile à sa famille ne l’entendent pas forcément de cette oreille. Qu’importe, elle cherche surtout à ressusciter son amour, Julian. Les épisodes de l’année précédente amenaient à imaginer des antagonistes dangereux, terrifiants et charismatiques. Malheureusement, le scénario déçoit un peu à ce sujet, car ces nouveaux personnages mettent beaucoup de temps à se montrer intéressants, voire n’y parviennent jamais en plus de ne pas embrasser les idées disséminées de-ci de-là. Le muet Beau (Jaiden Kane) en est l’exemple le plus éloquent tant il se limite à une unique caractéristique. Nora (Scarlett Byrne) et Mary Louise (Teressa Liane), en couple depuis plusieurs siècles, s’avèrent initialement très agaçantes, mais se nuancent plus tardivement pour offrir de jolis moments, bien que toujours peu exaltants. Oscar (Tim Kang – The Mentalist) se révèle prometteur sauf qu’il n’a pas l’opportunité de s’épanouir. Subsiste Valerie (Elizabeth Blackmore), élément romantique important du passé, du présent et du futur de Stefan. La mi-vampire mi-sorcière laisse au départ perplexe en raison de confessions caricaturales et d’un éventuel triangle amoureux. Par chance, elle se détache rapidement des clichés habituels et plaît pour son tempérament attachant. Il s’agit sans conteste du nouveau personnage le plus intéressant et correctement développé en dépit d’une sortie de route bien expédiée. Julian (Todd Lasance – Spartacus) prend tout de suite les choses en main et induit un climat délétère où tous les coups sont permis. Sa folie et ses manipulations contaminent les autres, dont Lily qui ne réalise pas que l’homme qu’elle aime risque de gêner ses désirs de rassembler ses fils biologiques et les Hérétiques qu’elle considère comme sa famille. Stefan est plus réceptif aux attentes de sa mère, ce qui n’est évidemment pas du tout le cas de Damon. Julian pimente grandement les épisodes en se présentant comme ennemi suffisamment captivant pour convaincre surtout que le script veille à ne pas excuser ses choix.

The Vampire Diaries s’attarde cette année sur l’une de ses relations maîtresses, à savoir celle unissant les frères vampires. Le retour de Lily les place tous deux dans une situation inconfortable. Comment se comporter avec elle ? Leurs réactions se veulent différentes, à l’image de leur propre caractère. Stefan accepte de ne pas l’agresser et de lui laisser le champ libre, à Mystic Falls. Son aîné prend le chemin opposé et cherche à constamment lui mettre des bâtons dans les roues. C’est l’occasion d’approfondir des souvenirs à travers des flashbacks, dont plusieurs en lien avec leur détestable père. Les Salvatore s’aiment, mais ils se déchirent souvent et s’empêchent parfois d’avancer. L’influence négative du désinvolte Damon sur la vie de Stefan ne fait aucun doute, ce dont les deux sont conscients, sans avoir encore envie de se l’avouer. Cette dynamique nuancée et compliquée figure parmi les réussites de ces épisodes surtout que toute dimension romantique a été évacuée avec le départ d’Elena. D’ailleurs, Damon réagit assez bien à la situation et essaye de se conduire convenablement bien qu’il répète à outrance n’être qu’un narcissique égoïste. Il craint de ne pas être à la hauteur et de décevoir sa compagne lorsqu’elle sortira de son sommeil. Le personnage se montre en tout cas bien plus agréable que ces derniers temps en dépit d’un comportement certes amusant avec ses railleries, mais plutôt redondant. La saison continue également de développer son amitié avec Bonnie. Les deux gagnent beaucoup à se fréquenter et le scénario leur délivre de bonnes répliques. À ce propos, la sorcière voit enfin sa patience récompensée, car pour la toute première fois, elle se trouve sur le devant de la scène et dispose d’un matériel suffisamment intéressant, voire exaltant. Elle a l’opportunité de rayonner en deuxième partie, une fois que les éléments du futur distillés jusque-là au compte-gouttes sont éclaircis. Stefan et les autres sont effectivement poursuivis par une femme haïssant du plus profond de son être les vampires. Elle est la seule, elle est unique, Buffy Rayna Cruz (Leslie-Anne Huff).

Les flashforwards de la première moitié se transforment ensuite en une ellipse de trois ans. Rien ne paraît plus comme avant du côté de Mystic Falls. Les personnages donnent l’impression d’avoir joué aux chaises musicales. Que s’est-il donc passé durant cette période ? À l’écran, le pari est réussi, car l’audience a de quoi être intriguée face à ces remaniements un peu draconiens, mais encourageants. La saison traîne quand même en longueur et aurait gagné à avancer ses explications. Notons une incursion sympathique dans l’univers de The Originals, avec Klaus. Tandis que les Hérétiques vivotent, l’Armurerie arrive accompagnée de la chasseuse de créatures aux dents pointues. Cette société secrète permet à Enzo de servir enfin à quelque chose, mais le traitement approximatif n’est qu’une énième représentation de la qualité générale de l’écriture de la série. L’ancien compagnon de cellule de Damon sort toutefois de son carcan étriqué grâce à Bonnie avec qui il entretient une relation incongrue dopée par l’alchimie de leur interprète respectif. Rayna Cruz, elle, adopte au départ un comportement trop binaire et plus tard, les quelques tentatives d’humanisation la rendent légèrement moins monolithique. Depuis des siècles, elle parcourt les États-Unis accompagnée de sa fidèle arme surmontée de la pierre de Phénix aux ressources inquiétantes. The Vampire Diaries propose ainsi dès son milieu d’année une sorte de course poursuite initiée par la pugnace chasseuse. Les rebondissements ne manquent pas, les révélations suivent et si l’exécution pèche comme d’habitude sur certains points, le résultat final demeure relativement honnête. Quelques protagonistes se contentent du banc de touche, dont l’inutile Tyler ou encore Alaric dont les scénaristes ne savent visiblement plus que faire. Caroline souffre probablement de la grossesse de Candice King même si celle-ci est astucieusement intégrée à l’intrigue générale grâce à un tour de passe-passe bien pensé. Quant à sa relation émaillée d’embûches avec Stefan, elle patine en partie à cause de ça, ce qui devrait tout de même être enrayé prochainement.

Pour résumer, la septième saison de The Vampire Diaries emprunte le chemin amorcé par la précédente en continuant de relever subtilement le niveau de la fiction. Bien qu’elle cumule les défauts, rate plusieurs occasions de briller et de se dépasser, elle propose un divertissement assez efficace. Dès le départ, elle pique la curiosité avec ces incursions dans le futur où les dynamiques sont toutes redistribuées. Si le suspense finit par s’éventer et que les Hérétiques ne répondent pas aux attentes espérées, persistent les rebondissements, la nervosité du rythme et la mise en avant de personnages qui méritaient depuis bien longtemps leurs moments de gloire. La disparition d’Elena ne pèse en aucun cas sur la qualité d’ensemble et, au contraire, force les scénaristes à se renouveler. Évidemment, les détracteurs de cette production calibrée pour un public particulier n’apprécieront toujours pas, mais à condition de pouvoir se contenter de peu, la série prouve qu’elle détient encore quelques cartouches pour tenir en haleine. Ne nions tout de même pas que savoir qu’elle vit ses derniers instants permet d’être moins critique. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que sa conclusion ose prendre des risques et ne se borne pas à du sentimentalisme poussif.

By |2018-01-06T12:38:33+01:00mai 31st, 2017|Séries étasuniennes, The Vampire Diaries|0 Comments